Indicateurs de biodiversité dans les exploitations agricoles biologiques et conventionnelles des Vallées et Coteaux de Gascogne, cas d’étude français du projet européen BIOBIO.

J.P. Sarthou, J.P. Choisis, A. Amossé, R.H.G. Jongman

Research output: Contribution to journalComment/Letter to the editorAcademic

Abstract

Dans le cadre du projet européen BIOBIO, nous avons comparé entre pays les richesses en habitats et richesses spécifiques cumulées de quatre groupes taxonomiques (plantes, abeilles sauvages, araignées, vers de terre), de 169 exploitations biologiques ou conventionnelles appartenant à 10 pays. Pour le cas d’étude français, Vallées et Coteaux de Gascogne, les corrélations entre indicateurs directs (richesses spécifiques des taxons et habitats) et indirects (pratiques agricoles) de biodiversité, relevés dans 8 exploitations conventionnelles et 8 biologiques, ont été recherchées. Les résultats montrent que le nombre d’habitats cultivés et surtout semi-naturels par exploitation est le principal facteur déterminant le niveau de biodiversité à cette échelle, pour le cas d’étude français comme pour les autres cas d’étude. Ce facteur explique en partie le plus haut niveau de biodiversité observé pour le cas d’étude français. Néanmoins, les pratiques, spécifiques ou non des modes de production biologique et conventionnelle, gouvernent généralement les paramètres de biodiversité à l’échelle de l’habitat. In fine, le projet propose la méthode BIOBIO de suivi de la biodiversité dans les exploitations agricoles.
Original languageFrench
Pages (from-to)333-349
JournalInnovations Agronomiques
Volume2013
Issue number32
Publication statusPublished - 2013

Cite this